Bande original de la saison 9 Doctor Who

Me voilà de retour, après une absence un peu longue!

Vous connaissez maintenant mon intérêt pour la série britannique Doctor Who, j’en ai parlé plusieurs fois. Là, je viens de recevoir le disque de la bande originale de la saison 9, toujours composée par Murray Gold, dont j’avais parlé sur cuk.ch à l’époque.Pour des histoires de droits, la BO de la saison 9 n’est sortie que maintenant, alors que la saison 10 a été diffusée, et que la 11 est en préparation avec le 13e docteur qui sera interprété par Jodie Whittaker, vous suivez? La BO est donc en retard.

Et ce qui me chagrine, c’est qu’avec la nouvelle saison en préparation, ce ne sera plus Murray Gold le compositeur. Mais je suis certain que ce sera pour aussi bien.

Comme j’ai déjà eu l’occasion de le dire, j’adore le travail de Murray Gold, car il a créé à la fois des thèmes par personnage (chaque docteur a son thème en fonction de sa personnalité, chaque compagnon également), et il a parfois également fait un thème spécifique à l’arc narratif de la saison, ce qui en fait des œuvres à écouter globalement, tant les morceaux se font des références en faisant évoluer un thème par des variations d’instruments, de tempo, ou d’arrangements.

Et pour cette saison 9, il y a un arc narratif, un peu moins réussi que celui de la 8 à mon sens, mais avec de très bons moments.

Mais, sur l’album, qui contient 4 CDs, un seul est consacré à un épisode, et pas n’importe lequel. Cet épisode est Heaven Sent. Murray Gold livre une partition à la hauteur de la qualité de l’épisode, qui est le meilleur de la période du 12e docteur, et l’un des meilleurs depuis la reprise de la série en 2005.

Cet épisode se base sur une thématique du même type qu’« Un jour sans fin ». Le Docteur est seul dans un château inquiétant, et doit faire face à une sorte de démon qui le poursuit. À chaque fois qu’il est rattrapé, sa journée recommence. Et ceci jusqu’à ce qu’il trouve une faille, le seul élément qui change dans ce château, malgré le recommencement.

Pour cette partition, une grande partie des thèmes me font penser à Beethoven, et au 2e mouvement de la Symphonie n° 7, que j’adore au passage.

Vous pouvez vous en faire une idée avec cette vidéo non officielle

Et la répétition de ce thème tout au long des courts morceaux de ce disque en fait une forme de symphonie. Et qui amène jusqu’à ce thème final que je trouve très émouvant, là, il s’agit d’une vidéo officielle.

J’aime également beaucoup ce morceau :

Bref, en espérant que ces quelques extraits vous plaisent, moi, je m’en vais replonger dedans dès que je peux…

Ah, et si vous le voulez, il est disponible sur plein de plateformes numériques, ou si vous voulez le CDs avec le joli livret comme moi, il faut aller sur la version britannique d’un grand magasin en ligne, car il est quasi impossible à trouver chez nous…

Laisser un commentaire