Pourquoi ce n’est pas si anodin de faire suivre un hoax.

Souvent, surtout sur les réseaux sociaux, on voit passer des hoax. Très souvent, lorsque j’attire l’attention à ce sujet, on me répond : « OK, ce n’est pas si grave ». Et pourtant…

Tout d’abord, qu’est-ce qu’un hoax?

Grâce à Wikipédia, on apprend que Hoax est un mot anglais qui désigne un canular créé notamment à des fins malveillantes.

Il y a cette notion de malveillance qui est déjà dans le terme, et non juste un côté blague sans effets.

Sur Hoaxkiller, site qui les répertorie et tend à conscientiser à ce sujet, la définition se fait plus précise :

Un hoax est une information fausse, périmée ou invérifiable propagée spontanément par les internautes. Les hoax peuvent concerner tout sujet susceptible de déclencher une émotion positive ou négative chez l’utilisateur : alerte virus, disparition d’enfant, promesse de bonheur, pétition, etc. Ils existent avant tout sous forme écrite (courrier électronique, message dans un forum, etc.) et contrairement aux rumeurs hors ligne incitent le plus souvent explicitement l’internaute à faire suivre la nouvelle à tous ses contacts, d’où une rapide réaction en chaîne.

Cette définition permet d’affiner le type de contenu qui est utilisé par les hoax, démontrant le canal émotionnel pour mieux toucher l’internaute qui reçoit cette information.

Ensuite, ce site démontre les dangers, ou plutôt les risques, qui sont relatifs à la propagation des hoax :

Perte de temps et de productivité

Si vous avez connaissance de l’existence des hoax et que vous savez les reconnaître, comme pour les spams vous aurez au moins à télécharger ces messages inutiles et à faire le tri a posteriori dans votre boîte de réception. Mais si vous vous laissez berner par un hoax, vous perdrez en plus du temps à en lire le contenu en détail, à vous révolter ou à compatir à une cause qui n’existe pas, puis à faire suivre le message à tout ou partie de vos correspondants.

Perte de messages utiles

Un tri trop rapide destiné à faire le ménage dans sa boîte de réception peut engendrer la suppression de messages utiles ou légitimes. De même, en encombrant inutilement la boîte aux lettres, en cas d’absence prolongée les hoax peuvent concourir à atteindre puis dépasser le quota de stockage, provoquant le rejet de tous les messages arrivant ensuite, utiles ou non.

Compromission de la sécurité

Certains hoax (surnommés viroax) poussent les internautes à entreprendre une action dangereuse pour l’intégrité ou la sécurité de leur ordinateur, comme la suppression d’un fichier sain appartenant au système d’exploitation ou à une application commune. Le prétexte avancé est généralement que ce fichier serait un virus et les consignes incluent souvent un vidage de la poubelle, laissant l’utilisateur démuni et sans moyen simple pour restaurer le fichier supprimé.

Ridicule et perte de crédibilité

Si le fait de demander à vos proches ou à vos amis de relayer une fausse disparition d’enfant ne vous expose qu’à quelques moqueries ou réprobations, pousser vos collègues de travail ou vos clients à supprimer un fichier sain nécessaire au bon fonctionnement de leur ordinateur sous un faux prétexte est autrement plus embarrassant pour vous, mais pas seulement.

En transférant un hoax avec votre adresse électronique professionnelle et/ou en y ajoutant à la fin votre signature (typiquement nom, adresse électronique, coordonnée) vous prenez le risque que vos correspondants ou les correspondants de vos correspondants ne vous considèrent comme l’auteur de la fausse information, y associant le cas échéant votre entreprise voire modifiant le texte du message original pour que cela ressorte plus clairement en croyant bien faire, d’où une atteinte potentiellement sérieuse à l’image de la société qui vous emploie.

Insensibilisation des internautes

La réception de fausses alertes ou de faux appels à la solidarité finit le plus souvent par progressivement insensibiliser l’internaute, qui ne se mobilisera plus lorsque qu’une cause véritable se présentera à lui, voire qui pensera que cette cause est encore un canular.

Encombrement des réseaux locaux

internet a la capacité d’absorber la propagation des hoax sans sourciller, la bande passante consommée étant négligeable par rapport à celle consommée par le spamming ou l’échange de fichiers. Il n’en va pas toujours de même des réseaux d’entreprises ou autres organisations, surtout lorsque les utilisateurs ont un carnet d’adresses important ou lorsqu’ils ont la capacité d’envoyer un message à l’ensemble de leurs collègues. Les hoax peuvent alors entraîner une baisse de fluidité du réseau local ou une saturation ponctuelle du serveur de messagerie.

Abandon d’adresse ou de numéro de téléphone

Si vous transférez un hoax en ajoutant volontairement ou automatiquement votre signature à la fin du message, vous prenez le risque que vos correspondants ou les correspondants de vos correspondants ne considèrent cette signature comme faisant partie intégrante de la (fausse) information à transférer et ne vous prennent ainsi pour son auteur. Au fur et à mesure de la propagation — potentiellement mondiale — de l’hoax ainsi modifié, votre boîte aux lettres risque ainsi de crouler sous les messages en réponse à la fausse information dont vous êtes devenu l’auteur, ne vous laissant d’autre choix que de l’abandonner. De même, une entreprise ou un particulier dont l’adresse ou le numéro de téléphone figure dans un hoax peut être conduit à fermer l’adresse électronique concernée ou à changer de numéro de téléphone, du fait du nombre de messages et demandes reçus, parfois du monde entier et/ou d’individus douteux. C’est par exemple ce à quoi ont dû se résoudre les parents de la jeune Aurélie B. du fait de la diffusion d’un avis de recherche par courrier électronique malgré le retour de l’adolescente.

Évasion de données personnelles

Lorsqu’un hoax est transféré, en plus du message il comporte souvent les noms et adresses électroniques des personnes l’ayant reçu auparavant en destinataire principal ou en copie. Même si vous avez entière confiance en vos correspondants, en est-il de même des amis des amis de vos amis qui recevront ensuite un exemplaire du même message? En permettant notamment à vos correspondants de connaître votre opinion sur un sujet sensible ou à un inconnu de récupérer votre nom, votre adresse électronique voire d’autres données personnelles, certaines pétitions de type pyramidal présentent même un risque maximum pour la vie privée.

Ces éléments concernent prioritairement les hoax propagés par e-mail, mais par les réseaux sociaux, ce peut être pareil. Vous regardez Facebook depuis votre smartphone, et l’application est synchronisée avec votre carnet d’adresses et votre numéro de téléphone? Qui nous donne la garantie que rien ne fuite de ce côté-là, vu que nous sommes chez FB…

Et selon le contenu du hoax, surtout ceux concernant des disparitions, ou autres sujets relatifs à des personnes, je ne suis pas certains que la personne en photo soit très heureuse de s’y retrouver.

 

J’aime bien cette petite annonce qu’un autre site Hoaxbuster, met avant la liste des risques :

Par définition, un hoax ne peut pas représenter de danger pour votre ordinateur, vos finances ou votre destin. Les risques des canulars de l’internet résident ailleurs, mais sont néanmoins réels.

Imaginez un instant avoir votre boîte aux lettres régulièrement remplie de canulars, ou alors recevoir des faux appels téléphoniques. Personne n’aime cela! et je suis persuadé que plusieurs d’entre nous feraient en sorte de stopper ces intrusions. Alors, pourquoi ne pas le faire sur internet également?

 

En fait, l’accumulation d’informations, fausses et vraies, se mélangeant constamment sur internet diminue l’attention et la vigilance dont nous sommes capables. Et ceci augmente particulièrement la diminution de l’esprit critique. La vérification des sources devient un acte militant et pourtant si facile à faire : un copier-coller dans un moteur de recherche permet déjà de trouver une quantité d’informations sur le sujet. Ou alors, vérifier sur l’un où l’autre site dont j’ai parlé et que je remettrai en lien en fin d’article permet d’y voir clair assez rapidement.

 

J’ai trouvé un exemple d’un impact réel d’un hoax : Perte de 6 milliards pour le groupe Vinci (qu’on ne s’y trompe pas, je ne les plains pas, j’illustre mon propos).

 

Bref, un peu de doutes dans ce que l’on voit passer sur internet, et une recherche rapide peut déjà donner pas mal d’indications, et une fois que le doute est levé, vous pouvez partager, si un doute persiste, laissez cette info là où elle est.

 

Liens utiles:

Hoaxbuster.com

Hoaxkiller.com

Sur ces sites, vous n’avez qu’à copier l’intitulé douteux, et le coller dans le champs de recherche.


Warning: Missing argument 1 for cwppos_show_review(), called in /home/clients/55c9d95f2d6004d3f3eca73b4760a3f5/web/zegreg/wp-content/themes/flat/content-single.php on line 29 and defined in /home/clients/55c9d95f2d6004d3f3eca73b4760a3f5/web/zegreg/wp-content/plugins/wp-product-review/includes/legacy.php on line 18

3 commentaires

  1. Excellente synthèse!
    Lorsque je reçois un message louche (par mail ou sur réseau social), je vérifie et j’envoie à l’expéditeur un lien vers Hoaxbuster ou Hoaxkiller avec mention dudit message. Désormais j’y ajouterai un lien vers ce billet.
    Merci!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*